Business

Bercy annonce une série de mesures pour sauver le commerce

Enfin! L’appel des professionnels du petit commerce semble avoir été entendu. Déjà terriblement fragilisé par le mouvement des gilets jaunes et les grèves anti-réforme des retraites, le secteur est sorti meurtri du confinement. Inquiets, depuis plusieurs semaines, les différents fédérations et organismes professionnels appelaient le gouvernement à prendre des mesures fortes, dans la foulée du report de charges, de la création du fonds de solidarité et des prêts garantis par l’Etat déjà octroyés. C’est chose faite. Bercy vient de dévoiler ce lundi 29 juin un plan en faveur du commerce de proximité, de l’artisanat et des indépendants.

Déjà 42,3 milliards de PGE pour les TPE

“Les TPE ont déjà bénéficié d’une aide massive durant la crise sanitaire, de 4,8 milliards d’euros au titre du fonds de solidarité, de 42,3 milliards de prêts garantis par l’Etat, quasiment la moitié de ce qui a été distribué, et de 250 millions d’euros de reports de charges fiscales”, a rappelé la secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher, en préambule du point presse téléphonique organisé ce lundi 29 juin, à 15h15. Mais cela n’a pas suffi à mettre hors d’eau “la première entreprise de France”, c’est-à-dire le secteur du commerce de proximité et de l’artisanat. 

“Ce que nous disent les petites entreprises, interrogées par les CMA (Chambres de métiers et de l’artisanat), les CCI (Chambres de commerce et de l’industrie), c’est que 15 à 30% d’entre elles se posent la question de terminer l’année, pointe la secrétaire d’Etat. Or, quand un artisan dépose le bilan, bien sûr qu’on ne l’entend pas.” Le risque? Qu’une grande partie des 634.000 commerces en France, des 3,5 millions de travailleurs indépendants et du 1,3 million d’entreprises artisanales se trouve plongée dans des difficultés gravissimes. Avec à la clé, “le plus gros plan social”, selon Agnès Pannier-Runacher. Bien pire que les suppressions d’emplois annoncées récemment chez Sanofi ou Renault. Convaincu de l’urgence de la situation, Bruno Le Maire a donc annoncé trois séries de mesures à 17 heures, devant l’Assemblée nationale.

Allègement des charges de 400 millions d’euros

La première permettra de soutenir la trésorerie des entreprises, pour une enveloppe totale de 900 millions d’euros. “Le fonds de solidarité sera prolongé d’un mois”, a annoncé le ministre de l’Economie, “et les conditions d’accès à l’aide complémentaire seront allégées”. Au total cette mesure abonde le fonds de 500 millions d’euros supplémentaires. A ces 500 millions s’ajoutent 400 millions d’euros alloués aux exonérations et réductions de charges sociales. Les TPE qui ont dû fermer administrativement pendant le confinement bénéficieront ainsi automatiquement d’une exonération des cotisations et contributions patronales de trois mois (pour les périodes du 1er février au 30 avril 2020). Les travailleurs indépendants auront droit, eux, à des réductions de cotisations sociales. Ils pourront aussi débloquer jusqu’à 8.000 euros de leurs contrats de retraite, de prévoyance, de santé ou mutuelle Madelin dont 2.000 euros seront défiscalisés, pour renflouer leur trésorerie. 

100 foncières déployées en France

La deuxième série de mesures visera à revitaliser le commerce de proximité des territoires. Comme l’avaient annoncé Les Echos vendredi 26 juin, “100 foncières seront déployées partout en France à l’aide de la Banque des territoires pour rénover 6.000 petits commerces”, dévoile Bruno Le Maire. “Ces foncières constituées avec les collectivités locales achèteront des locaux vacants ou des commerces sur le point de fermer, les rénoveront et les loueront à un tarif préférentiel à des commerçants cherchant un local.” L’Etat ne décidera pas des commerçants ou artisans bénéficiaires, ce sont les collectivités, plus près des territoires, qui en auront la responsabilité. Pour ce volet, la Banque des territoires prévoit un investissement de 300 millions d’euros, et des prêts pour 500 millions d’euros à ces foncières.

Accélérer la numérisation des TPE

Une troisième série de mesures accélérera la numérisation des petites entreprises pour qu’elles augmentent leur chiffre d’affaires grâce au numérique. “Pendant le confinement, les TPE qui ont utilisé des outils numériques pour faire du chiffre d’affaires, à travers le click and collect, la vente en ligne, ont réussi à sauver les meubles”, pointe Agnès Pannier-Runacher. “Or, d’après la Fédération nationale de l’habillement, 78% de leur TPE ne disposent d’aucune solution digitale.” Pour combler ce vide, Bercy annonce un dispositif en quatre étages: évaluer la maturité numérique de ces petites entreprises; disposer d’un diagnostic professionnel et de recommandation suite à un audit sur place; accompagner la mise en place d’une formation pour mettre en oeuvre et préparer le projet; passer à l’acte à l’aide d’un petit coup de pouce financier. Un dispositif semblable sera mis en place pour accompagner la transition écologique des TPE. L’enveloppe, pour le passage à l’acte, atteint 750 millions d’euros de prêt.

Au global, c’est un plan “puissant, ambitieux”, a estimé Agnès Pannier-Runacher, dont le coût atteindra plusieurs milliards d’euros dans la durée. Par comparaison, “le plan Action coeur de ville concernait 200 villes de taille moyenne”, a rappelé la ministre. “Là, on parle d’un plan qui va concerner l’ensemble de la France, et pas seulement les villes de moyenne. On va plus loin, plus profond et plus large, que dans le plan Action coeur de ville.” L’objectif final est aussi complexe qu’indispensable pour le pays: “transformer la première entreprise de France”.

Enfin! L’appel des professionnels du petit commerce semble avoir été entendu. Déjà terriblement fragilisé par le mouvement des gilets jaunes et les grèves anti-réforme des retraites, le secteur est sorti meurtri du confinement. Inquiets, depuis plusieurs semaines, les différents fédérations et organismes professionnels appelaient le gouvernement à prendre des mesures fortes, dans la foulée du report de charges, de la création du fonds de solidarité et des prêts garantis par l’Etat déjà octroyés. C’est chose faite. Bercy vient de dévoiler ce lundi 29 juin un plan en faveur du commerce de proximité, de l’artisanat et des indépendants.

Déjà 42,3 milliards de PGE pour les TPE

“Les TPE ont déjà bénéficié d’une aide massive durant la crise sanitaire, de 4,8 milliards d’euros au titre du fonds de solidarité, de 42,3 milliards de prêts garantis par l’Etat, quasiment la moitié de ce qui a été distribué, et de 250 millions d’euros de reports de charges fiscales”, a rappelé la secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher, en préambule du point presse téléphonique organisé ce lundi 29 juin, à 15h15. Mais cela n’a pas suffi à mettre hors d’eau “la première

Tags

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
Close