Business

Des restaurateurs priés de fermer leurs parasols pour ne pas gêner la vidéosurveillance

  • Belgique
José Ricardo Fernández / Getty Images


Pour faire respecter la distanciation sociale, les forces de l’ordre belges se servent des caméras de vidéosurveillance.

Une demande pour le moins insolite. En Belgique, les autorités locales de Nivelles-Genappe ont demandé aux cafetiers et restaurateurs de bien vouloir fermer leurs parasols après le coucher du soleil, rapportait le 1er juillet L’Avenir. La raison ? Ils gênent la vidéosurveillance de l’espace public et favorisent le regroupement de personnes. En effet, fin juin, des attroupements ont été constatés sous les parasols des cafés. “Ces regroupements trop importants, voire ces débordements, se déroulaient sous les parasols, là où l’on ne pouvait pas les visualiser avec nos caméras. La fermeture des parasols en soirée nous permet d’observer le bon respect des mesures sanitaires et de la distanciation sociale sur la Grand-Place et en terrasses”, explique au média belge Pascal Neyman, chef de la police.

Pour défendre la vidéosurveillance de l’espace public, le fonctionnaire de police rappelle que des pictogrammes ont été installés dans la ville pour prévenir les habitants et que l’objectif de cette surveillance est de faire respecter les mesures de distanciation sociale. “Je m’en tiens uniquement à l’objectif de faire respecter les règles de distanciation sociale dans le cadre de la pandémie. Des équipes de prévention ont d’ailleurs également été mises en place à cet effet”, assure Pascal Neyman, relayé par L’Avenir.

>> A lire aussi – Le surprenant dispositif de distanciation physique mis en place à la cathédrale de Florence

Si la Belgique a fait le choix de la vidéosurveillance pour contrôler le respect des mesures sanitaires, d’autres pays ont choisi des applications de tracking par exemple. Comme le relatait BFM Tech début juin, la ville de Moscou a mis en place un système permettant de suivre en temps réel la localisation des personnes en quarantaine grâce au GPS des smartphones. En cas de déplacement interdit, une amende de 50 euros leur est envoyée.

>> A lire aussi – Pour respecter la distanciation physique, les restaurateurs redoublent d’inventivité


©
Capital

Tags

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
Close