Sports

deux proches de Nairo Quintana en garde à vue, un médecin et un kinésithérapeute

Des auditions sont en cours à Arcueil dans le Val-de-Marne après l’ouverture d’une enquête qui cible l’équipe Arkea Samsic.

“Deux gardes à vue sont en cours dans l’environnement proche du coureur principal” de l’équipe cycliste Arkea Samsic, annonce lundi 21 septembre le parquet de Marseille, sans nommer le coureur. Selon une source proche de l’enquête, il s’agit d’un médecin et d’un kinésithérapeute de l’équipe. Ils sont en garde à vue à Arcueil, dans le Val-de-Marne, dans les locaux de l’Oclaesp (l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique).

Ces gardes à vue interviennent cinq jours après une perquisition qui visait en particulier le Colombien Nairo Quintana, a appris franceinfo de source proche de l’enquête. L’enquête concerne l’utilisation de “produits pour des méthodes dopantes”, selon cette même source. Le parquet de Marseille a annoncé avoir ouvert une enquête, au titre du pôle santé publique, “sur des soupçons de dopage visant une petite partie de l’équipe des coureurs”.

“L’enquête vise l’administration et prescription à un sportif sans justification médicale de substance ou méthode interdite dans le cadre d’une manifestation sportive, aide à l’utilisation et incitation à l’usage de substance ou méthode interdite aux sportifs, transport et détention de substance ou méthode interdite aux fins d’usage par un sportif sans justification médicale”, indique le parquet de Marseille dans un communiqué, qui précise cibler “une partie de l’équipe”.

Le parquet évoque la “découverte de nombreux produits de santé dont des médicaments dans des affaires personnelles, mais également et surtout une méthode pouvant être qualifiée de dopante”. Ces faits sont passibles d’une peine de cinq ans de prison et d’une amende de 75 000 euros.

“Une perquisition a bien eu lieu la semaine dernière au sein de notre hôtel”, indique Emmanuel Hubert, manager général de l’équipe Arkea Samsic, dans un communiqué publié lundi. Cette perquisition “n’a concerné qu’un nombre très limité de coureurs, ainsi que leur entourage proche, non salarié de l’équipe”. Emmanuel Hubert prend la défense de son équipe car, selon lui, “l’enquête ne vise ni l’équipe, ni son staff directement”.

“Nous soutenons bien évidemment nos coureurs, mais s’il s’avérait qu’à l’issue de l’enquête en cours des éléments venaient confirmer la véracité de pratiques de dopage, l’équipe se désolidariserait immédiatement de tels actes et prendrait sans attendre les mesures qui s’imposent pour mettre fin aux liens pouvant les unir avec des méthodes inacceptables et toujours combattues”, indique par ailleurs le manager général de l’équipe Arkea Samsic.

L’UCI (Union cycliste internationale) “confirme avoir été en communication avec l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement (…) dans le cadre de l’opération judiciaire menée par les autorités françaises en marge du Tour de France”, indique-t-elle sur son compte Twitter. L’Union cycliste internationale explique également saluer et soutenir “l’action de toutes les autorités impliquées dans cette opération”. Elle promet de prendre “les mesures qui s’imposent” une fois qu’elle aura connaissance “des éléments obtenus par les autorités judiciaires françaises”.

Tags

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
Close