World

le témoignage de Luc Hermann de l’agence Premières Lignes

Luc Hermann, un des cofondateurs de l’agence de presse Premières Lignes, était dans l’immeuble au bas duquel deux salariés de l’agence ont été attaqués à l’arme blanche vendredi 25 septembre à Paris. Alors qu’il se trouvait dans une salle de montage, il dit avoir entendu “des cris très forts dans la rue, des cris d’effroi“. “C’était notre collaborateur qui était poursuivi par l’assaillant“, raconte-t-il. Les deux salariés fumaient en bas de l’immeuble lorsqu’ils ont été “attaqués par surprise, d’après de nombreux témoignages“. 

Ce qui m’a été raconté, c’est que c’était une attaque d’une violence inouïe, avec une sorte de hachoir […] C’étaient des coups pour tuer“, poursuit le codirecteur de l’agence. Luc Hermann s’interroge également sur l’absence d’une “équipe de police dans la rue [qui] aurait de toute évidence empêché l’attaque surprise“. “C‘est incompréhensible que les autorités n’aient pas pris les mesures de précaution pour prévenir les entreprises, et pas uniquement notre agence de presse, qui sont dans cet immeuble“, déplore-t-il, compte tenu notamment des “menaces très lourdes” qui pèsent contre l’équipe de Charlie Hebdo depuis le début du procès des attentats de janvier 2015. 

Le JT

Les autres sujets du JT

Tags

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
Close