Sports

Planète Sport. Donald Trump, le diplomate du 18 trous

Donald Trump et Shinzo Abe, jouant au golf le 26 mai 2019, au Japon. (SHEALAH CRAIGHEAD / MAXPPP)

Et dire qu’il y a encore quelques années, Donald Trump reprochait à son prédécesseur Barack Obama de passer trop de temps à jouer au golf. Depuis son arrivée à la Maison Blanche, Trump a battu tous les records. Selon des décomptes de la presse américaine, il aurait passé en moyenne un jour sur quatre sur les parcours, la plupart du temps dans l’un des quatorze clubs qu’il possède, surtout à sa résidence de Mar-Al-Lago en Floride.

En 2017, c’est le premier ministre japonais Shinzo Abe, un autre passionné de golf, qui est invité à partager le green avec le président américain. Quelques semaines seulement après son investiture, Trump s’essaie alors pour la première fois à la diplomatie du golf. Et il compte bien appliquer à la politique étrangère ses techniques d’homme d’affaire.

Pour ça, le terrain de golf est le lieu idéal, comme il le disait déjà en 2014 : “Le golf est un sport génial pour faire du business. Il y a des gens que j’ai appris à connaître sur les parcours, bien mieux que si j’avais passé du temps à dîner ou déjeuner avec eux. Je m’y suis fait des amis, et ça m’a permis plus d’une fois de faire des affaires !”

Le golf serait donc un bon révélateur des caractères. Donald Trump ne croit pas si bien dire. Le journaliste Rick Reilly, un chroniqueur sportif très célèbre outre-Atlantique, a lui-même côtoyé Donald Trump sur les greens. Dans un livre intitulé Commander in Cheat, “Tricheur en chef” en français, Rick Reilly raconte que Trump joue au golf comme il préside : avec une seule obsession, gagner… par tous les moyens.

“Donald Trump triche comme un comptable de la mafia. Il triche en permanence, que vous le regardiez ou non, que ça vous plaise ou non, raconte l’auteur dans une interview à CNN. Il a même triché contre Tiger Woods ! Ce jour-là, il a envoyé deux balles dans l’eau, mais il ne les a pas comptées. Du coup il a failli le battre ! Ce que cela dit de lui, c’est qu’il a besoin de gagner coûte que coûte.”

Ce qui le passionne, ce n’est pas le golf, c’est le fait de vous battre. D’ailleurs, il ne prend même pas votre argent. Son but n’est pas de vous soutirer 10 dollars, c’est de vous montrer qu’il est meilleur que vous.

Rick Reilly, auteur de ‘Cheater in chief’

à CNN

Rien ne semble pouvoir arrêter Trump le golfeur. Rien sauf peut-être le coronavirus. Depuis le début de la pandémie, le président américain a dû ranger ses clubs à contrecoeur. Il s’est tout de même autorisé, malgré les critiques, quelques sorties discrètes sur l’un de ses parcours en Virginie. On ne se refait pas.

Tags

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
Close