Business

Un projet fou de la CIA qui voulait utiliser la foudre comme arme

La foudre est dans la mythologie l’arme des dieux, mais en 1967, la CIA s’est demandée comment la faire éclater à volonté, rapporte Forbes. L’idée avait été émise par un scientifique et envoyée dans les hautes sphères des services secrets. Le nom du scientifique a été supprimé dans le document aujourd’hui déclassifié, mais la proposition mentionne une discussion avec la CIA, ce qui laisse penser que sa proposition était prise au sérieux.

Le scientifique suggérait de provoquer des décharges artificiellement à l’aide de fils électriques déployés dans des tempêtes par des avions. La foudre suivrait alors le fil jusqu’au sol. “Cette méthode est possible, car la décharge principale se produira par ionisation en entourant le fil”, notait alors le scientifique. Le fil servirait alors de conducteur. Parmi les avantages d’une telle arme, le scientifique avançait le coût bon marché ainsi que l’absence de preuves. La technique permettrait à la CIA de se réfugier derrière la colère du ciel sans révéler son implication.

>> A lire aussi – Au siège de la CIA, il y a un code que personne n’a jamais su résoudre

Le scientifique à l’origine de cette note semble avoir été un chercheur météorologique chevronné. Le rapport déclassifié indique que des brevets d’exploitation commerciale de la technologie avaient été préparés, mais qu’il souhaitait d’abord que l’armée américaine puisse s’en servir librement.

>> A lire aussi – Le Pentagone teste avec succès une nouvelle arme hypersonique

Scientifiquement, cette idée semble réalisable. Au cours des décennies suivantes, des chercheurs américains et chinois ont travaillé sur le déclenchement de la foudre grâce à des fils remorqués par des fusées. Mais apprivoiser la foudre n’est pas simple et personne n’a encore démontré que la foudre pouvait faire office d’arme ou du moins être plus efficace que les armes modernes. Il n’y a depuis aucune autre mention de la foudre comme arme dans les archives de la CIA. Curieusement, les brevets commerciaux promis n’ont jamais été publiés, souligne Forbes.

Tags

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
Close